• Publication publiée :24 mars 2020
  • Post category:Public / Vastu

La pureté, l'axe sattva de la maison

Si le Prâna peut être assimilé à la circulation de l’air et de la lumière dans la maison, il est davantage que le simple courant vital qui traverse l’habitation. Il possède en lui une qualité vibratoire dont son souffle est chargé. Il y a très peu de Prâna « sattvique » sur un boulevard encombré de véhicules en ville, tandis qu’il y en a beaucoup en montagne, dans la nature.
Dans la maison, les odeurs et la poussière sont les traces les plus évidentes d’un Prâna « tamasique ». Mais, plus subtilement, le Prâna se charge de la vie psychique de la famille : des émotions, des pensées qui en font un lieu possédant ce « je-ne-sais-quoi » de radieux ou de pesant. Certaines demeures « respirent » ainsi le bonheur, tel un parfum embaumant.

Les 5 éléments, issus des trois principales forces créatives de l’âme, de l’esprit et du corps correspondent aux 5 états de la matière. Ces formes basiques de l’énergie universelle correspondent aux principes de vie et sont toujours en évolution ou en transformation au cœur du Vivant.
En Ayurvéda, 5 éléments symboliques constituent notre monde : l’Éther, l’Air, le Feu, l’Eau et la Terre. Ces 5 éléments suivent un axe vertical allant du plus élevé au plus lourd ; soit de l’Éther (qui contient dans sa substance impalpable la qualité « sattvique » la plus haute) à la Terre (dont la matière contient une quantité importante de Tamas).
Seront de nature Sattva l’Éther et l’Air (ils participent à l’inspiration, à la création), de nature Rajas le Feu (il appuie l’action et la vie sociale), et enfin de nature Tamas l’Eau et la Terre (ils incarnent les instincts et l’enracinement).
Dans l’habitation, la maîtrise parfaite de la circulation de l’Eau et de la présence de l’élément Terre (les pierres, statues, carrelage, mobilier lourd) permet de développer un bon Tannas pour la stabilité de la famille.
En Vastu, comme dans le Dharma hindou, une pièce immaculée et vierge de toute souillure (ainsi que tous les objets qu’elle contient) risque à chaque instant d’être « infectée » par des énergies basses. Et ce, lorsque la décoration intérieure mélange les forces « sattviques » d’autres « rajasiques » et « tarnasiques » sans distinction.
Par exemple, des W.-C. (liés à Tamas) situés dans le hall d’entrée en altèrent l’élan de vie à cause de la proximité des lourdeurs et des souillures associées aux évacuations. De même une bibliothèque (où l’espace est réservé à l’esprit) jouxtée à une salle de bains, noie sa qualité Sattva au fond du gouffre sombre de Tamas…
Si la construction d’une habitation est déjà achevée et si l’on ne peut plus changer l’affectation des pièces (permuter bibliothèque et chambre d’amis, par exemple), le Vastu propose des remèdes. Une épaisse couche de carrelages sur le mur mitoyen de la salle de bains et de lourdes statues déposées au sol repousseront Tamas. Un miroir sur le porte extérieure des W.-C. en isolera le Tamas qui ne se répandra pas dans le hall d’entrée…
La pureté apporte l’inspiration, la clarté d’esprit, l’enthousiasme, l’harmonie familiale. Si, comme la netteté ne se maintient pas d’éternité, elle doit être renouvelée indéfiniment…

Ether

Pur Sattva

Air

Sattva-Rajas

Feu

Pur Rajas

Eau

Rajas-Tamas

Terre

Pur Tamas

Le cycle d'harmonie des 5 éléments

Le premier élément et le plus élevé est l’Éther qui contient en lui la semence des cinq autres. Proche du divin, il est par essence « éthéré », insaisissable et évanescent. L’Éther est l’oxygène divin, tel l’air vibrant des sommets himalayens, pur et vivifiant.

Mais en se condensant, l’Éther compressé se densifie jusqu’à devenir matériel et forme l’élément Air, le souffle des humains qui constitue notre atmosphère respirable.
A son tour, le Feu n’est que l’essence compressée de l’Air. Il est l’expression matérielle de l’air, sa quintessence, concrétisée dans ses flammes. Il est plus lourd que l’Air et produit en se consumant une matière opaque : la cendre. Les braises brûlantes du Feu ne sont que l’expression matérielle du Feu spirituel présent dans l’Air, et plus encore dans l’Éther dont il provient.

Aussi insaisissable que le Feu, l’Eau emmagasine de plus en plus de lourdeur et de matérialité. Tandis que le Feu s’élevait encore vers le ciel, la gravitation terrestre attire l’Eau en son centre. L’Eau est le premier des cinq éléments doté d’un « poids », d’une masse. Il est le pont entre le ciel et la terre. Il relie les autres éléments au monde de la matière : l’Eau, ainsi, ouvre la voie à Tamas. L’Eau découle de la somme des éléments Éther, Air et Feu mêlée au poids de la terre.
La Terre enfin est de l’Eau condensée dans sa matérialité la plus intense. Elle est le visage naturel de Tamas.

La symbiose des 5 éléments permet l'existence du monde matériel : l'Ether (losange), l'Air (croissant de lune), le Feu (triangle), l'Eau (cercle) et la Terre (carré)

Sattva et Tamas (l’Éther, l’Air et la Terre, l’Eau) ne peuvent se côtoyer directement dans l’habitation sans créer une dysharmonie. Dans un hall d’entrée (lié à Sattva), s’infiltre de l’extérieur un Prâna rempli d’Éther. Sa qualité sera particulièrement perturbée si celui-c s’ouvre sur une cave, un garage ou la chambre des parents, par exemple. Ces pièces sont en effet associées à la Terre donc à Tamas : elles sont liées aux profondeurs du sol, au sommeil fait de passivité et d’inertie et à l’inconscient. Entre les deux symboliquement, Rajas rétablit le mouvement et la vie.
Pour rétablir le juste équilibre des éléments, il suffit de placer l’élément intermédiaire dors ce même hall : ici, le Feu. Par exemple, à l’aide de bougies et d’un vif éclairage. Mais aussi, dans ce même hall, grâce une teinte de couleur Rajas (rouge, orange, jaune, terra cota, etc.) ou des objets décoratifs aux formes verticales ou triangulaires à la pointe dirigée vers le haut : tels de longs drapés des colonnes de part et d’autre, une pyramide décorative, etc.

A la source du plus petit atome, une énergie anime la matière la plus inerte : c’est le souffle divin de Brahmã. Etonnamment, les Vedas décrivirent une vision de l’univers proche des dernières découvertes de la physique quantique sur le mouvement des particules et l’organisation de la matière…
Dans la génèse biblique, Dieu souffla dans les narines d’une figurine d’argile et donna vie au 1er Adam. Brahmã, lui aussi, après avoir extrait de sa propre essence les 5 éléments constitutifs du monde, expira son souffle « prânique » dans la matière inerte du monde. Il confia ensuite aux dieux qui présidaient aux directions cardinales, le soin d’entretenir l’élément de l’Eau, de l’Air, du Feu et de la Terre de leur essence divine. Ces dieux en charge respectivement Varuna, Vayu, Agni et Prithvi.
Quant à l’Ether, au delà des 4 éléments terrestres, il contient le souffle de Brahmâ le Créateur.

L’Air possède donc le souffle de Vayu, Dieu du Vent ; le Feu, le souffle d’Agni, Dieu du Feu ; l’Eau, celui de Varuna, Dieu des Eaux et des Océans ; et la Terre, celui de Prithvi, Déesse de la Terre.

Ether

Brahma

Air

Vayu

Feu

Agni

Eau

Varuna

Terre